Les églises de Carona

Le sentier des 6 églises

Carona compte une riche diversité de six églises attrayantes.

Nous vous recommandons vivement le « Sentiero delle 6 chiese » (sentier des 6 églises). Le parcours commence à l'église paroissiale de San Salvatore et se termine par le surprenant et splendide monastère de Santa Maria di Torello.

 

Le sentier des 6 églises :

 

1. L'église paroissiale de San Salvatore

En 1213, l'évêque de Côme, vendit ses biens à Ciona et la montagne anciennement appelée "Bellenio" au chapitre de S. Lorenzo à Lugano. Sur le sommet, il y avait déjà une petite chapelle dédiée à S. Salvatore (d'où le nom). Bientôt elle fut transformée en une petite église. A l'occasion de la fête de l'Ascension en 1680, le chapitre de S. Lorenzo céda l'église et le sommet à la confrérie de S. Marta et Buona Morte. En 1703, la Confrérie décide de démolir l'église d'origine et d'en construire une nouvelle. En 1718, les travaux sont achevés. L'histoire des deux derniers siècles est riche en nouvelles qui nous parlent des nombreuses interventions qui ont impliqué la Confrérie et la Direction du Funiculaire dans leurs rôles respectifs de propriétaires et de gestionnaires du lieu. Le Funiculaire a été mis en service EN 1890, le Centre de recherche sur la foudre en 1943 et l'installation des antennes de télévision et de radio des PTT en 1969. Enfin, en 1999, les deux organisations ont créé le musée San Salvatore, la Confrérie a su enrichir et embellir l'église du sommet. En 1900 la pose de la grande croix de fer, témoignage historique de cette montagne qui est continuellement interprété par la Direction du Funiculaire et la présence de la Confrérie de S. Marta et Buona Morte.

 

 

2. La chapelle de la Madonna delle Grazie (Ciona). Chapelle du 16ème siècle.

Les façades, aujourd’hui blanchies à la chaux étaient à l’époque peintes. Les décorations et les peintures datent des années 1579-1597. Elles avaient été commandées par l'évêque Francesco Bonesana. Les travaux, selon les documents de l’époque, ont été achevés en 1597. Aujourd'hui, on ne distingue plus que le cadran solaire et une décoration en stuc au-dessus du portail, où une image peut-être dans un cadre ovale, qui a probablement représenté la Vierge, nom que porte aujourd’hui la chapelle.

3. L'église paroissiale de San Giorgio érigée au 15ème siècle avec la fresque chorale « Le jugement dernier »
de Domenico Pezzi.

Cette église a été mentionnée pour la première fois en 1425, lorsque le pape Martin V a décrété sa séparation de l’église collégiale de San Lorenzo à Lugano. Elle obtint alors le statut d’église paroissiale. Aujourd'hui elle a sensiblement la même apparence qu’aux 16e et 17e siècles. Au cours du dernier quart du 16e siècle, quelques modifications ont été apportées pour adapter cette église aux ordres du Concile « contre-réforme » de Trente. Le Concile s’est achevé en 1563. Ensuite on exigeât des églises et de l’art qui y était représenté une certaine décence et de la dignité. L'Evêché donna donc des instructions aux différents corps de métiers dans ces années pour rénover l'église. La consécration officielle de l'église eu lieu que le 14 mai 1698 par l’évêque de Côme, Francesco Bonesana, comme en témoigne l'inscription sur l'architrave du portail et comme confirmé par un document des archives épiscopales de Lugano.

 

4. L’église de la Fraternité de Santa Marta. Edifiée à l'époque médiévale, fresques de 1486.

L'église remonte à des temps très anciens et on croit que la première église était d’architecture romane et dédiée à Saint Paul. A la fin du 17ème siècle, l'église fut entièrement reconstruite. Le nouveau bâtiment a été achevé en 1709. Vous découvrirez immédiatement, sur la façade droite de l’église, les restes d'une fresque de Saint Christophe, qui était souvent représenté comme le protecteur des voyageurs et des pèlerins de toutes les églises et chapelles.

5. Le sanctuaire de la Madonna d'Ongero datant du 17ème siècle.

Ouvrages en stuc de A. Casella 1646-1648, fresques d’Antonio Petrini

Le Sanctuaire de la Madonna d'Ongero est un petit chef-d'œuvre de l'art baroque. L'église a été construite entre 1624 et 1640 sur le site d'une petite chapelle de l'année 1515, contenant une extraordinaire image de la Sainte Vierge de Loreto. Cette image représente la croyance populaire d’une fille sourde-muette qui miraculeusement pouvait à nouveau parler.

Hermann Hesse a écrit une histoire sur cette église.

Lien sur le texte original :« Madonnafest in der Madonna d’Ongero

Texte en allemand d’Hermann Hesse écrit 1924 »

 

 

 

 

6: Le monastère de Santa Maria Assunta di Torello
Edifié en 1217 par l'évêque de Côme, Guglielmo della Torre qui l’a ensuite cédé, il est aujourd'hui de propriété privée. Construction romane avec des fresques du 13ème siècle.

L'inauguration de l'église a eu lieu en 1217 en présence de l'évêque. Les moines de l'ordre des Augustins emménagèrent dans le monastère, et régnèrent bientôt sur de vastes étendues de la campagne environnante : à Grancia ils possédaient un grenier, et avait aussi les terres à Carabbia, Pazzallo, Figino et Bioggio. Ces revenus garantissaient le gagne-pain de la communauté du monastère. En 1389, un décret papal décidât de la suppression du couvent.

 

Les textes sus-mentionnés ont été extraits du guide d’art
"Carona - ses artistes, ses monuments".

Ce guide peut être acheté chez les commerçants de Carona
où directement en le commandant à L’office de tourisme local :
Pro Carona (Info@procarona.c

L'église San Giorgio Carona

Vue aérienne

1/14

Chiesa Santa Marta 2.jpeg
Chiesa San Salvatore Carona 2.jpg
Chiesa San Salvatore Carona 1.jpg
Madonna d'Ongero Pellegrinaggio.jpg
Madonna d'Ongero 3.jpg
Chiesa parrocchiale di San Giorgio2 Carona.jpg
San Giorgio 3.jpg
Chiesa San Marta2.png
Oratorio Santa Maria Grazie Ciona.jpg
Chiesa Ciona 2.png
Torello.jpeg
Torello 2.jpg
1/14